Kazakhstan : La forêt submergée du lac Kaindy

Récit de voyage : forêt submergée du lac Kaindy – Kazakhstan

lac Kaindy Kazakhstan
lac Kaindy Kazakhstan

Daisy explore le jardin dans la vallée peu profonde où se trouve Satı. Elle ignore le chiot labrador qui est occupé à jouer avec une chaussure sur le pas de la porte. Le petit chaton que nous avons nommé hier soir se glisse au centre de l’herbe, regarde autour de lui et, comme subjugué par la beauté qui l’entoure, retourne en courant vers la cuisine. Estelle et moi nous asseyons et regardons en attendant notre chauffeur pour le lac Kaindy.

Je décide de jouer avec le chiot. Je commence par lui gratter le ventre puis le poursuis vers le bout du jardin. Comme je le ferais avec Manta et Nemo, nos chihuahuas, je saute autour de lui comme une idiote et je me lance dans des chatouilles surprises. Au début, il est confus et effrayé. Personne ne joue avec lui, ni avec les autres chiens, ici. Ce sont des animaux de travail – ils font partie de la famille mais ne sont pas des animaux de compagnie. Il comprend peu à peu ce qui se passe, mais sa mère met un terme à nos jeux en aboyant depuis sa niche alors qu’il commence à s’amuser. Elle craint que je ne l’attaque.

Estelle et moi attendons encore un peu dans la lumière du soleil matinal qui tombe sur le porche. Finalement, nous entendons le vrombissement d’un moteur mourant à l’extérieur de la porte et allons vérifier. Un vieux van brun olive attend. Il s’agit d’un véhicule de transport de troupes de l’Armée rouge au petit visage maussade, surnommé Bukhanka ou miche de pain, venu nous emmener au lac Kaindy. Nous montons sur les sièges usés de l’arrière et la porte se referme dans un soufflet d’acier creux.

La camionnette roule lentement à travers Satı – probablement à la vitesse maximale de son moteur de soixante-quinze km/h. Nous nous rendons compte que le voyage va être difficile. Nous rebondissons dans la cabine comme des poupées de chiffon tandis que les gaz d’échappement circulent autour de nous. Le conducteur donne un coup de volant et nous tournons sur une piste qui mène dans les montagnes.

Boneshaker, comme j’ai décidé de nommer le van, cahote à travers les prairies de montagne pleines de digitales et de chardons. Les taureaux et les vaches sont en liberté. Ils regardent le Boneshaker avec agacement et s’écartent du chemin. Des chevaux boiteux doivent sauter hors de la piste pour nous laisser passer. Une falaise s’effondre sur le côté du sentier, se terminant par une rivière impétueuse.

Nous dévalons une colline escarpée, traversons l’eau à gué et entamons une montée abrupte. Le petit moteur du Boneshaker rugit alors que nous nous élevons de plus en plus haut dans la forêt. Ses roues gauches perdent soudainement de l’adhérence et nous tournons vers la chute abrupte. Notre chauffeur appuie sur les freins et le ramène sur la piste. Après une heure, légèrement étourdis par les fumées, nous nous arrêtons enfin près d’un camp. Un feu brûle dans une fosse nichée à quelques yourtes, avec un petit groupe de personnes rassemblées autour.

forêt submergée lac Kaindy Kazakhstan
forêt submergée lac Kaindy Kazakhstan

Nous devons maintenant marcher. Le sentier nous emmène dans la forêt d’épicéas et nous sommes immédiatement entourés par le son des grillons. Des papillons blancs volent devant nous et des libellules de dix centimètres de long nous contournent. La piste nous mène vers le haut, puis descend abruptement. Nous pouvons à peine voir le lac vert à travers les arbres.

Lorsque nous atteignons le fond, le silence se fait. Le lac est immobile. Le tronc d’un arbre mort gît dans l’eau, indiquant ce que nous sommes venus voir. Le lac Kaindy contient une forêt submergée. Des centaines d’épicéas, dépouillés de leurs branches, s’élancent vers le ciel depuis l’eau. Leurs frères et sœurs survivants les regardent depuis les montagnes.

Le lac Kaindy est un nouveau lac. Il s’est formé lorsque le tremblement de terre de Kebin a provoqué un énorme glissement de terrain qui a bloqué la rivière qui l’alimente en 1911, tout en rasant Almaty et en tuant quatre cent cinquante-deux personnes. Les troncs secs qui émergent de la surface faisaient autrefois partie de la forêt qui s’étendait dans la vallée et sur le flanc de la montagne.

C’est un spectacle vraiment merveilleux. Le silence nous entoure, à l’exception du bruit occasionnel d’une créature dans le bois. Nous marchons au bord de l’eau pour trouver une petite chute d’eau tandis qu’un couple de canards flotte à travers les arbres.

C’est aussi sauvage que possible. Nous sommes à des centaines de kilomètres d’Almaty à vol d’oiseau et peut-être à un millier par la route. Les seuls sons humains sont ceux que nous émettons et ceux d’un habitant qui apparaît brièvement pour nous demander si nous voulons faire une promenade à cheval. Il n’y a pas de déchets et aucun alpiniste n’essaie d’escalader les sommets. C’est la nature sauvage. Le lac Kaindy est la première fois que je vois un endroit aussi peu touché par l’humanité.

C’est dommage que nous ne puissions pas rester plus longtemps, mais nous devons retourner à nos logements pour déjeuner avant de prendre le chemin du retour vers Almaty. Je reviendrai pour passer plus de temps à marcher dans les épicéas. Il y a un autre lac à voir qui est actuellement inaccessible à cause des tempêtes, et nous devons aller voir Daisy.

Sous l’effet des fumées, nous descendons du Boneshaker à nos logements. Ils ont donné à Estelle un mal de tête, alors je fais les bagages de la voiture, appelée Mashina, pendant qu’elle s’allonge et met un vieil épisode de Friends sur l’ordinateur portable. Le déjeuner sera dans une heure, et je joue avec Daisy et le chiot avant de prendre des nouvelles de Ross et Rachel pour tuer le temps.

Les nuages se rassemblent à l’horizon. Mon irlandisme et ma mère professeur de géographie m’ont appris à comprendre la pluie. Ils sont gros, noirs et, en dessous, une brume obscurcit les montagnes. Une grosse tempête se prépare. Il y a deux heures et demie, notre hôte a dit que le déjeuner serait bientôt prêt. Il n’y a toujours aucun signe. Nous nous excusons comme si nous étions dans l’erreur – il y a une tempête qui arrive, la route est mauvaise et nous devons arriver à Almaty avant la nuit – et nous disons au revoir.

La première goutte s’écrase sur le pare-brise alors que nous passons le virage vers le lac Kaindy. Nous l’avons laissé trop longtemps. Une autre éclaboussure, et une autre. Très vite, Mashina se débat sur une route escarpée qui traverse une rivière. Ses essuie-glaces sont réglés au maximum et ne lui permettent que de jeter un coup d’œil vers l’avant à travers le flou. Les nids de poule sont impossibles à voir à travers le torrent qui se précipite vers nous.

Mashina se fraye un chemin jusqu’à une autre colline lorsque la grêle commence à craquer tout autour de nous. Je n’ai jamais vu de plus gros grêlons – ils font deux à trois centimètres de diamètre. Je commence à craindre que le pare-brise ne se brise. La rivière qui se précipite vers nous est blanche avec de petites boules de glace.

Nous franchissons la colline et commençons à rouler à travers les prairies. La tempête ne montre aucun signe d’apaisement et la route est maintenant une feuille de grêle flottante. Mashina fonce dans les nids de poule et sur les rochers à la grande vitesse de cinq kilomètres par heure. Nous n’arriverons pas à Almaty avant la tombée de la nuit.

Le soleil perce les nuages alors que nous apercevons Jalanaş au loin et la pluie cesse, juste comme ça. Un groupe de corbeaux survole un champ à la recherche du meilleur ver. Deux arcs-en-ciel apparaissent au loin.

Nous ne pourrons pas arriver à Almaty avant la tombée de la nuit et nous avons dû annuler notre excursion au Grand Lac d’Almaty demain. Notre voiture doit être rendue plus tôt que prévu, et à l’aéroport. Il sera impossible de se rendre à nouveau dans les montagnes. C’est malheureux, mais cela signifie qu’il y aura de nouveaux sites à voir à notre retour.

Le Kazakhstan s’est avéré être l’un des plus beaux endroits que nous ayons jamais visités. Parfois, cela a été difficile, mais nous estimons avoir parcouru plus de trois mille kilomètres en trois semaines. Un tel voyage a toujours été difficile, mais nous avons coché la plupart des choses que nous avions prévu de voir et nous n’avons jamais été déçus de ce que nous avons fait.

Le lac Kaindy est peut-être représentatif de notre voyage : un voyage long et difficile suivi d’un aperçu de la plus incroyable beauté intacte – dont la plupart des gens ne peuvent que rêver. Lorsque nous reviendrons, nous ferons en sorte de rester plus longtemps.

Récit de voyage d’un couple au Kazakhstan.

5/5 - (2 votes)